mardi 17 avril 2018
par  Nicolas

Grève Interprofessionnelle Public Privé jeudi 19 avril 2018

Depuis le 3 avril les cheminots se sont engagés dans une grande mobilisation par la grève pour défendre le service public des transports ferroviaires et leur statut.
On voit à l’œuvre une pratique qui a cours depuis des décennies dans les services publics qui sont déjà passés à la moulinette libérale. L’état organise sciemment le sabotage du service public depuis des années en lui retirant les moyens de réaliser ses missions pour faire la démonstration que le service public ne fonctionnerait pas et coûterait trop cher. Cela a été le cas pour France Télécom, La poste …. et c’est en cours aujourd’hui pour la SNCF, l’Hôpital les services assurés par les collectivités territoriales et l’ensemble des services publics.
C’est simple et efficace on désorganise et on ne laisse qu’un fin filet sortir du robinet. Puis on nous explique que l’on ne peut pas faire autrement…. « vous voyez bien il n’y a plus d’argent…il ne reste plus que la dette… »
Il n’y aurait plus d’argent pour conserver des services publics tels qu’ils existent aujourd’hui ou existaient encore hier. De qui se moque-t-on ? Les entreprises n’ont jamais fait autant de profits et payé si peu d’impôts. Les baisses d’impôt successives sont tout simplement la cause du manque de ressources des services publics…
La volonté affichée est de privatiser tout ce qui peut être profitable au privé et de siphonner tous les emplois sous statut pour installer la précarité pour tous et l’exploitation sans limites pour ceux qui restent.
Les vampires du MEDEF et de la finance sont muets…Chez ces gens-là on ne parle pas la bouche pleine…surtout lorsque les dents du fond baignent.
Nul doute que si ce gouvernement passe sur le corps des cheminots et des fonctionnaires l’exploitation va se renforcer pour l’ensemble des salariés du public et du privé.
Cette politique est clairement une déclaration de guerre à l’ensemble des salariés et fonctionnaires de ce pays : attaque et suppression à terme du statut par recrutement de contractuels ou appel au privé, diminution des retraites, des rémunérations et recours au licenciement des fonctionnaires.

Le pari de Macron…est que l’on attende sagement notre tour dans la file d’attente pour recevoir les coups et qu’on succombe les uns après les autres….cheminots, fonctionnaires d’état , territoriaux…etc… Pour répondre à ces attaques massives en cours et à venir nous devons unir nos forces.


Sites favoris


2 sites référencés au total