Des mois que nous entendons parler des...

lundi 22 mars 2021
par  Fédération Sud CT

Des mois que nous entendons parler des vaccins contre le Covid, des mois de débats, de recherches et de controverses. Des mois de confinement, d’interdiction de déplacement, de fermeture d’établissements, de chômage. Des mois de décès, d’hospitalisations sur fond de politique désastreuse d’austérité pour la santé publique.

Comme si cela ne suffisait pas, il fallait que le gouvernement français rate aussi la vaccination de la population, politique majeure de sortie de cette crise sans précédent.

Sans obligation, nous voulons que toutes celles et ceux qui le souhaitent soient vacciné.es rapidement

Nous n’ignorons pas le débat qui traverse la société sur la question vaccinale. Nous sommes persuadé.es que ce rejet est directement lié aux mensonges qui ont été déversés jour après jour au plus haut niveau de l’Etat. Cet Etat au service des capitalistes, incapable d’agir et de penser collectivement a manié le mensonge et la coercition tout au long de la crise. Mensonge sur les masques puis matraques et amendes pour faire appliquer les mesures, voilà comment on peut résumer sa politique et nous en mesurons les effets désastreux dans les relations entre les citoyen.es et le pouvoir et donc dans sa capacité à convaincre la population de la nécessité des vaccins.

Le gouvernement, incapable d’organiser une vaccination rapide, met toutes celles et ceux qui voudraient se faire vacciner pour sortir de la crise dans une situation insoutenable.

Nous devons exiger un déploiement sans délai de tous les moyens pour nous permettre de nous faire vacciner, si nous le souhaitons.

Mettre sous contrôle public les laboratoires, réquisitionner les brevets sur les vaccins !

Plus grave encore, gavés d’argent public, tous les laboratoires privés se sont lancés dans la recherche puis dans la production des vaccins. A l’issue de ces recherches, les laboratoires sont en situation de monopole, détiennent les droits de production et ramassent des milliards de bénéfice. Cette politique est inadmissible pour ce qui concerne notre santé et surtout lorsque sont en jeu des centaines de milliers de vie et nos libertés publiques.

Nous l’affirmons sans ambiguïté : il faut mettre sous contrôle public l’ensemble de la chaîne de production et en finir avec les principes de la propriété privée des brevets sur les vaccins. Vaccins qui doivent devenir un bien commun universel.

On pourrait presque rire de ce nouveau fiasco sanitaire de notre gouvernement. Mais il se paye en mort.es, en poursuite des mesures de confinement et en chômage de masse. Le message est clair depuis longtemps. Réprimer plutôt que prévenir, réprimer plutôt qu’accompagner, réprimer plutôt qu’entendre le cri des hospitalier.es sur le manque de moyen pour soigner. Privatiser le service public après l’avoir applaudi et laisser la société à la dérive, voilà le monde de demain .

POUR UN MONOPOLE PUBLIC GRATUIT DE LA SANTE, DE LA RECHERCHE AUX SOINS, EN PASSANT PAR LA FABRICATION DE MEDICAMENTS


Documents joints

PDF - 251.6 ko

Portfolio

JPEG - 409 ko

Agenda

<<

2021

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois